Suivez moi sur Facebook

Facebook Pagelike Widget

S’inscrire à la Newsletter

Formulaire d'inscription à la Newsletter

Dans la peau d’une rousse

Elles ne sont ni blondes ni brunes, elles ont la couleur la plus rare du monde et elles sont devenues des icônes. L’heure des rousses a sonnée!

Dans un dialogue avec ses propres peintures, l’exposition « Roux, de Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel » donne un aperçu de la question de la rousseur et de son ambivalence.

Qu’est-ce qu’être roux ? Une couleur de cheveux qui distingue, séduit, différencie

Le roux est une signature. Il joue un rôle crucial comme moyen d’affirmer une singularité. Nous verrons plus loin comment des femmes choisissent un jour… de devenir rousses

Peintres et écrivains ont souvent trouvé leur inspiration dans la couleur rousse.

Gustave Courbet, chantre du réalisme, travaille la chevelure de Jo, la belle irlandaise, comme un véritable morceau de nature.

Renoir, Degas ou Toulouse-Lautrec vont également magnifier des femmes aux chevelures rousses et en faire l’élément central du tableau

Paul Gauguin, dans l’une de ses dernières oeuvres de la période tahitienne, livre un tableau énigmatique où le roux s’incarne dans toute son ambivalence, à la fois sensualité de femme et côté démoniaque

Tandis que Gustave Klimt transforme sa représentation de Danaé en une peinture délibérément érotique

 

Une couleur qui rend actrices et chanteuses célèbres

Rita Hayworth dont l’imprésario eut l’idée brillante de la teindre en rousse pour son rôle dans Gilda, vit sa carrière exploser instantanément.

Julia Robert est rousse dans Pretty Woman 

Rousse aussi, Nicole Kidman, la danseuse intouchable de « Moulin Rouge ».

Véronique Genest change de couleur de cheveux pour jouer « Nana » de Maurice Cazeneuve et ne reviendra plus jamais à sa couleur originale

Des femmes ont décidé de devenir rousses pour être plus belles, comme Axel Red en 1998 qui réalise un vieux rêve et choisit cette couleur même dans son nom. Dans la foulée, elle pulvérise les ventes avec son album « Rouge ardent»

Le roux choisi et assumé, aussi comme celui de David Bowie ou des punks, renforce l’affirmation d’une personnalité provocatrice et d’une identité.

La publicité comme la littérature jeunesse et les jouets ont exploité cette image du roux qui refuse un certain conformisme : une femme rousse sensuelle qui fume, Peter Pan qui refuse de grandir… Et valorise les héros roux comme Tintin ou Spirou.

Couleur de cheveux des muses et des princesses mais aussi ceux qui font rire ou peur comme les clowns, les ogres ou les déesses guerrières.

Alors parfois, certaines femmes ont envie de devenir rousses pour passer un cap, franchir une étape de leur vie. Pour un certain temps ou pour toujours, on cherche à atteindre quelque chose qui manquait. Car pour porter le roux, il faut aussi être assez forte.

Aujourd’hui encore on se moque des roux dans les cours de récrés parce qu’ils sont différents et en minorité. Seulement 2% de la population mondiale est rousse et la majorité s’est sentie exclue à l’adolescence et a souffert de sa rousseur petit. Tous les roux quel que soit le sexe, semblent avoir vécu les mêmes brimades. Pourquoi ?
Ce qui est rare est recherché

Entre convoitise et frayeur

Les rousses sont un point d’exclamation ambulant. Si vous êtes rousse vous attirez forcément l’attention jusqu’à semer le trouble

Dans l’imagerie de la rousse, il y a cette connotation sexuelle extrêmement importante

Une attraction érotique très forte

Sulfureuse

Sensuelle Dangereuse

Vénale

Le fait d’être plus rare suscite toujours la convoitise et le désir des hommes. Et favorise les fantasmes d’une féminité exacerbée.

 Dans la peau d’une rousse : témoignages

« C’est ma couleur qui me porte, je me sens plus belle en rousse ».

   

« La vie aurait été différente si je n’avais pas été rousse ».

 

 

« Je ne peux pas rentrer dans une pièce sans que tout le monde se retourne sur mon passage ».

« Les hommes se retournent dans la rue. Tout le monde se retourne et regarde. On se sent belle en rousse. »

« Je vie ça depuis que je suis petite, c’est comme ça »

« C’est assez rigolo de véhiculer ça car après on en fait ce qu’on veut et on peut s’amuser avec ».

Comme le diable, les rousses révèlent notre part d’ombre et alimente les représentations imaginaires. Parfois vues comme des sorcières, créatures maléfiques, elles sont stigmatisées par les prêtres au moyen-âge car elles suscitent des réactions ambigües mêlant fascination et répulsion. Brûlées sur des bûchers, comme on brûle l’objet de son désir.

On obligeait aussi les femmes qui se prostituaient à exercer dans des lieux spécifiques les « Bordel » situés en « bordure » des villes et on leur teignait les cheveux en roux pour pouvoir les identifier !

Dangereuse, sulfureuse, fatale, sexy.

Marie-Madeleine, celle qui représente la tentation du Christ est toujours rousse, elle incarne une sexualité débordante et fait désordre. Judas le traitre du christ, est aussi représenté roux car le roux divise.

Les préjugés veulent que les roux soient des traîtres et les rousses des sorcières luxurieuses. En attirant l’attention, ils peuvent être l’objet de sévices comme dans « Poil de carotte » de Jules Renard.

Rouge orange rose

Le roux va avec beaucoup de couleurs et même avec presque toutes les couleurs. Quand on est rousse, c’est assez facile de maîtriser ses codes et s’habiller devient vraiment très ludique.

En harmonie avec le rouge, l’orange et le rose, la couleur prend toute sa dimension associée à des paillettes dorées ou flamboie en contraste sur un noir. Complémentaire du vert, elle accepte toutes ses nuances, du sapin au vert mousse en passant par le kaki et se fond dans tous les tons de bruns.

Toutes les bandes de filles ont leur rousse, comme dans « Desperate housewife» alors si vous avez envie de devenir « la rousse à la fleur rose dans les cheveux » réfléchissez bien au ton que vous allez adopter: du vénitien aux doux reflets dorés ou cuivrés, à l’acajou, une multitude de nuances et de flamboyances s’offrent à vous!

L’important pour une coloration rousse réussie est de choisir le ton juste avec votre carnation et votre couleur de base. Et si un doute, n’hésitez pas à me contacter pour une consultation express !

Autrefois maudites, à l’heure où chacun veut montrer sa différence, les rousses risquent bien de dominer le monde et symbolisent aujourd’hui la liberté et la sensualité

« J’étais rousse. Rousse comme il n’est pas permis de l’être. Rousse sang. Pas d’une couleur orangée très vive mais d’un rouge flamboyant, un rouge rubis, un rouge hurlant… Très vite, j’ai affirmé mes positions, j’ai joué l’avantage de cette différence, j’en ai fait un pôle plus, une évidence, un pouvoir.»

Sonia Rykiel.

En 2008, pour les quarante ans de la Maison Rykiel, trente des plus grands créateurs de mode réalisent des silhouettes illustrant le femme Rykiel et rendent hommage à la créatrice de mode qui avait fait de sa chevelure rousse un emblème.

 

2 Commentaires

Laisser un commentaire